Accueil général

Dammartin-en-Goële

Les permissions d'accès au contenu ont été reconstruites.

Dammartin-en-Goële

Dammartinoises et Dammartinois

Seine-et-Marne

Présentation commune

Notice Historique

Dammartin a pour étymologie le latin Domnus Martinus qui est le nom de Martin de Tours, saint évangélisateur de la colline. La Goële désigne une région où se trouvait une forêt antique.
La ville est située sur une des buttes-témoins géologiques limitant le nord du bassin parisien. La présence de nombreux points d’eau explique l’implantation précoce de populations humaines. La géographie des lieux permet également d’organiser défensivement le site.
Une forteresse existe déjà au VIIème siècle. Cependant le premier comte de Dammartin connu est Manassès, décédé en 1037. La période faste du comté commence en 1439 avec le mariage de Marguerite de Nanteuil et d’Antoine de Chabannes. Il fait rénover le château, construit la collégiale et crée le chapitre de Notre-Dame.
En 1554, la cité et son comté entrent dans les possessions du Connétable Anne de Montmorency à qui succèdent les Bourbon-Condé, qui préfèrent toutefois séjourner à Ecouen ou à Chantilly.
L’économie locale se maintient grâce à sa situation de ville étape. Elle se développe grâce à l’activité hôtelière importante, l’élevage, la culture maraîchère et la vigne. A la Révolution, le château est démantelé et utilisé comme carrière de gypse, avant d’être sauvé plus tard par un maire de la commune, M. Lavollée. En 1860, la viticulture est très fortement freinée par l’épidémie de phylloxéra, qui détruit toutes les vignes. Les pommiers et les groseilliers la remplacent alors.

Personnes célèbres

En 1792, la flèche de la collégiale est l’un des sommets de la triangulation du méridien stationné par Delambre pour déterminer la longueur du mètre.

Patrimoine architectural

Du puissant château fort du XVème siècle construit par Antoine de Chabannes, il ne reste que quelques vestiges. Abandonné au cours de la Renaissance par les Montmorency, démantelé à la Révolution puis transformé en carrière de gypse, il est sauvé par l’un des maires de Dammartin. Les aménagements en ont fait un espace de promenade. La halle du XVème siècle est construite en pierre, brique, plâtre et bois. Les imposantes colonnes et voûtes de bois témoignent de l’activité qui y régnait. Au XVIème siècle, elle centralisait un important marché céréalier, un auditoire où les habitants du comté rendaient justice et une prison. La première mention de l’Eglise Notre-Dame date de 1085. En 1488, l’église est consacrée collégiale. Vendue comme bien national à la Révolution, elle est démolie en raison de sa vétusté au XIXème siècle. Reconstruite en 1904, elle renferme aujourd’hui le Mausolée d’Antoine de Chabannes, le blason des Montmorency ou encore une grille en fer forgé de 1750.

Patrimoine naturel

Dammartin-en-Goële est une petite ville qui a su préserver son caractère rural. Les deux tiers de la commune sont encore occupés par l’espace rural. La commune recense plusieurs zones de boisement ainsi que deux parcs de ville de taille conséquente, l’esplanade du château et le parc du verger de la tuilerie.

 

Données

Espace urbain construit : 23%
Espace rural : 67%
Espace urbain non construit : 10%

Nombre d’habitants : 7805
Densité à l’espace urbain : 38 Hab/ha
Surface totale : 895.15 ha

 

A découvrir

Le portail de l’église Saint-Jean-Baptiste est un monument historique inscrit. Ses ornementations datant de la Renaissance ont été endommagées par les Huguenots

 

Contact

Contact mairie : 01 60 03 85 50
Web : www.mairie-dammartin-en-goele.fr